Éco-Festival

Localisation : Dragey-Ronthon (50)

Année : 2021
Programme :
Scénographie d'un Éco-Festival

Taille : 6 170m​2

Site protégé Natura2000

Budget : 120 000 €
Statut : 
Projet livré

(APS-Réalisation)

Collaboration : Iqi & des étudiants de l'ENSA Paris Val-de-Seine (Luna Frisch--Ta Minh, Max Baumard et Alice Rallo)

 

Directement situé sur la baie sur Mont Saint-Michel, le site de cet éco-festival est un cadre unique où la flore littorale est protégée.

D'ici 2050, le site du festival sera submergé dû à la montée des eaux, en conséquence du réchauffement climatique. Alerter sur ce phénomène, qui touchera directement ce lieu, nous est apparu comme une évidence. 

Classé Natura2000, le festival ne devait générer aucun impact sur la faune et la flore environnante. 

De plus, en collaboration avec Jean-Marc, nous avons pu travaillé les ambiances lumineuses ; ces dernières devaient aussi respecter la biodiversité environnante.

Enfin, pour ce projet, nous avons ainsi privilégié les matériaux locaux, de cycles courts, biodégradables, réemployés et réemployantes à la fin du festival. 

1. L'écume d'huîtres 

Un dessin d'écume a été réalisé sur le site à partir de coquilles d'huîtres concassés, récupérées à Gouville-sur-Mer, afin de représenter où se situera le silage de la mer en 2050. 

L'écume joue également le rôle de fil conducteur pour la déambulation des fanfares, les spectateurs se trouvant alors guidés le long de ce filet blanc. 

Foulée par les musiciens ainsi que les festivaliers, l'écume s'est naturellement estompée au fil des jours sans impacter l'environnement présent. 

2. Filet de la Criée du Port de Grandville

Clôturer sans obstruer, voilà quel était notre objectif. Ne pas s'imposer dans le paysage, le sécuriser tout en pouvant l'observer. Comme si les festivaliers se trouvaient pris dans cette maille de 500m de long. 

Tel des poissons, nous venions les immerger dans ce festival. 

Pour cela, nous nous sommes aidés de bambous récupérés à proximité du site. Ces derniers sont venus soutenir le filet, mais également sensibiliser à la montée des eaux en indiquant par la peinture bleue le niveau de l'eau en 2050. 

À la fin du festival, le filet a été rapporté au pêcheur qui nous l'avait gentiment prêté pour l'occasion. Les bambous, quant à eux, ont été stockés pour de futures utilisations…à l'année prochaine ? 

1/7
1/4